|Site de l'université Stendhal - Grenoble 3|
Traverses

Accueil > Evénements > Soutenances > Soutenance de thèse de Agnès Doucey-Perrin

Soutenance de thèse de Agnès Doucey-Perrin

Université Stendhal
le 12 décembre 2012 à 14h30

« Apprentissage de la lecture et construction de l’identité du lecteur au CP. »

Les critiques littéraires, dans la dernière partie du XXe siècle, ont tenté de définir la place occupée par le lecteur au sein de la création littéraire. Abordée sous différents angles (cognitif, culturel, psychanalytique, anthropologique, sociologique, linguistique, esthétique), l’activité de lecteur comme récepteur de l’œuvre est maintenant décrite avec finesse, maintes fois observée pour mieux cerner les conditions dans lesquelles s’organise cette réception. À la suite de ses travaux, la recherche en didactique interroge, elle-aussi, la façon dont le lecteur en formation peut installer une relation intime à la littérature et acquérir une posture lui permettant d’entrer dans le jeu dans lequel le convie l’oeuvre littéraire par essence pour s’approprier le texte littéraire, l’actualiser et tirer un bénéfice personnel de ses lectures. Nous pensons que ces postures de lecteurs, pour l’instant décrites à partir de modèles de lecteurs experts, peuvent aussi faire l’objet d’un enseignement simultané à celui d’une acquisition rigoureuse de l’apprentissage de la lecture.
Pour répondre à cette problématique, la thèse a défini un cadre épistémologique qui s’appuie d’une part sur les modèles de théorisation du lecteur proposés par Michel Picard et Vincent Jouve, d’autre part sur les recherches en didactique de la littérature renouvelant son enseignement en prenant en compte le lecteur comme sujet.
La dimension exploratoire de la recherche, qui compare deux modalités de l’apprentissage, a permis de mettre en évidence :

les différentes procédures que les élèves mettent en œuvre pour comprendre et investir les textes,
les représentations concernant la lecture qu’ils construisent en fonction des contextes d’apprentissage,
les conditions nécessaires à la mobilisation de leur subjectivité pour construire une lecture participative et/ou distanciée.

La recherche aura permis, en outre, de proposer quelques hypothèses pour construire un début de modélisation des instances de lecture à l’œuvre chez l’apprenti lecteur.

Directeur de thèse : Jean-François Massol.

Le jury sera composé de :
Jean-François Massol (Directeur), Jean-Charles Chabanne (IUFM Montpellier), Gérard Langlade (IUFM Toulouse le Mirail), Brigitte Louichon (IUFM Bordeaux 4) et Marie-Emmanuelle Plagnol-Dieval (université Paris 12 Est Créteil).