|Site de l'université Stendhal - Grenoble 3|
Traverses

Accueil > Evénements > Colloques > Colloque international : "L’esclavage oriental et africain au miroir des (...)

Colloque international : "L’esclavage oriental et africain au miroir des littératures françaises et anglaises XVIIIe-XXe siècles"

6 et 7 février 2014
Institut des Sciences de l’Homme, Lyon.

Télécharger le programme.

Sous la direction de Daniel Lançon (Université de Grenoble - Alpes) et Sarga Moussa (CNRS - Université Lyon 2).

Manifestation scientifique co-organisée par l’équipe de recherche Traverses 19-21 pôle E.CRI.RE et l’UMR LIRE.

Télécharger la lettre d’invitation.
Télécharger la liste des interventions.

Présentation

Le colloque porte sur une problématique sous-évaluée dans les études littéraires en France, alors qu’elle a fait l’objet de vifs débats parmi les historiens anglo-saxons, et, plus récemment, français. Il traite d’un espace culturel à travers l’évolution de représentations et de points de vue européens, mais aussi prend en compte les regards croisés (l’esclavage vu par des écrivains et intellectuels égyptiens, par exemple, mais aussi français publiant dans la presse francophone algérienne au XIXe siècle).
L’accent est placé sur la circulation des discours, des savoirs et des imaginaires, de part et d’autre de la Méditerranée, entre l’Europe et l’Empire ottoman, depuis les premiers mouvements abolitionnistes, en France et en Angleterre, au siècle des Lumières, jusqu’aux témoignages de journalistes et voyageurs comme Albert Londres et de Monfreid, dans l’entre-deux guerres du XXe siècle, en passant par les représentations de l’esclavage oriental et africain dans la littérature et les arts (y compris le cinéma à ses débuts).
Le colloque fera aussi une place particulière à la question du harem, traitée
non pas d’un point de vue exotisant, mais comme une situation spécifique d’esclavage féminin, dans l’Empire ottoman. La dimension comparatiste, à la fois
intra- et extra-européenne, sera donc fortement affirmée, ainsi que, du même coup, l’ambition pluridisciplinaire de ce colloque, qui fera dialoguer littéraires,
historiens et historiens des arts, chercheurs français et étrangers, certains d’entre eux étant déjà des spécialistes de l’esclavage internationalement reconnus.